Toute la presse
Les Puritains de David Noir - Affiche Filifox - Philippe Savoir - Photo Karine Lhémon
A Nous Paris - Les Puritains de David Noir - Article publié en ligne par Myriem HAJOUI

par Alexandre Wong

Cassandre - Les Puritains de David Noir

« ART SCÉNIQUE ET LINGE SALE »

CASSANDRE

ART SCENIQUE ET LINGE SALE

Les Puritains de David Noir et Le Cabaret des nymphes mutantesde Élodie Abd El Kader et Romain Apelbaum ont été programmés conjointement par le Lavoir Moderne Parisien en mars avril 2000. Une reprise des Puritains est prévue au même endroit.

Ces deux spectacles répondent à un même esprit : celui de divertir franchement, directement, populairement, sympathiquement, grossièrement, licencieusement, avec l’énergie du bateleur, celui de l’entraîneuse, du chanteur de rock, de cabaret, du conteur. Divertir ici, ce n’est pas désennuyer l’habitué des « pièces » qui vient chercher un peu de chaleur auprès de quelques comédiens dynamiques. Divertir, c’est faire sortir ou transporter ailleurs; C’est rendre la scène ainsi que la salle d’un théâtre inadéquates, inadaptées – on ne divertit pas en enfermant, en installant. La mutation ou la métamorphose des Nymphes de Élodie Abd El Kader et Romain Apelbaum, l’intime et littéraire mise à nu des Puritains de David Noir appellent un espace imaginaire ou inconscient sans bornes, un espace commun qui ne laisse pas le spectateur en dehors du coup. Le voyage initiatique des nymphes, les problèmes sexuels des puritains nous concernent en effet. Oui, nous sommes des puritains; pas plus, pas moins que ceux qui les représentent ou les incarnent pour nous; nous faisons plus que nous reconnaître en eux; nous nous supportons ainsi. Le comédien n’est pas notre double ou notre reflet, celui qui va nous faire prendre conscience de notre situation, le miroir, enfin nettoyé de nos tares ; il ne nous apprend rien ; nous savions déjà tout sur ce qui allait être dit.
À quoi sert alors cette fausse provocation, cette remise en question de nous-mêmes par ceux jouent à nous imiter ? À rien. Dans l’espace mis en commun par ces deux spectacles, pour ceux qui jouent comme pour ceux qui regardent, tout est dit; ni messages, ni gestes ne se réfèrent à un ailleurs de ce qui est déjà là. Le divertissement en nous transportant dans un espace public et ouvert ne nous détourne pas de notre condition d’homme mortel et sexué.
Voilà qui mériterait d’être poursuivi et approfondi: une prise à partie gratuite – sans intention didactique – de ce qu’on appelle le public, prise à partie d’une communauté d’hommes qui n’iraient plus au théâtre, enfermer leurs plaisirs et leurs peines. Ce qui est mise en cause, c’est la conception arcitecturale des théâtres que nous héritons d’un XIXème siècle intimiste, cloisonneur et égoïste, Un spectacle se donne, nous ne venons pas le chercher. Il n’y apas ceux qui viennent voir et ceux qui ne vont pas voir. Un théâtre est un lieu transparent, offert, que nous devrions fréquenter sans appréhension, sans le souci de trop dépenser pour quelque chose qui n’en vaut peut-être pas la peine. Essayer un spectacle comme on essaye un vêtement, le prendre ou le laisser, se laisser tenter: voilà un langage bas et vulgaire qui convient il ce que nous voulons dire.
En nous interpellant, en nous insultant, en nous dérangeant, en nous divertissant, en convertissant notre apathie en bonne humeur, en réveillant notre intérêt pour la chair, les puritains de David Noir, les nymphes de Elodie Abd el Kader et Romain Apelbaum réussissent à dialoguer avec nous, à faire en sorte que nous ne soyons pas seulement des voyeurs sortis indemnes de l’épreuve ou de la confidence de nos pulsions. On a un instant l’impression d’appartenir à un même monde, d’être nous aussi, pauvres spectateurs, dans la possibilité de nous métamorphoser en nymphe ou de décliner les tabous de notre puritanisme. Tout cela n’est rendu possible que par un travail de contact, d’intrusion, de transgression des comédiens dans l’espace du public. C’est dans cette confusion des limites conventionnelles que se joue quelque chose. Il n’est pas nécessaire que l’acteur agisse de l’intérieur de la salle ou que le spectateur soit entraîné sur scène pour que la confusion se réalise. Tout est dans l’intention, l’orientation des paroles, des gestes et des regards: on s’adresse à nous, on nous convoque ; nous sommes les interlocuteurs privilégiés, le sujet d’une pièce qui ne raconte rien, qui n’a pas d’histoire -sans commencement ni fin -, qui n’est pas tournée sur elle-même, qui n’a pas été faite pour la postérité.
Au centre de ces deux divertissements, il y a une écriture poétique expansive, lyrique, éruptive, convaincante – sentie ou ressentie. Réhabilitation d’une poésie théâtrale qui ne cherche pas ses références dans un passé vénérable. David Noir, plus qu’Élodie Abd El Kader et Romain Apelbaum tient le pari de faire reposer sa mise en scène sur sa parole, ses images, ses repères verbaux, Le divertissement au service de la poésie.

Alexandre Wong   CASSANDRE JUIN – JUILLET – AOÛT 2000